Accueil > Les droits / obligations
< Retour

Les droits / obligations

Obligations du locataire

Paiement du loyer et des charges au terme convenu dans le contrat :

 

Le paiement du loyer est, en général, mensuel. Le bailleur ne peut pas imposer un prélèvement automatique.

 

Les charges locatives dites « charges récupérables » sont des dépenses payées par le bailleur remboursables par le locataire. La liste des charges récupérables est définie limitativement par le décret n°87-713 du 26 août 1987 ou par le décret 82-955 du 9 novembre 1982 dans le cas d’un logement social.

 

Elles concernent :

 

  • Les frais entraînés par les services liés au logement et à l’usage de l’immeuble. Il s’agit par exemple des consommations d’eau ou d’énergie, des éléments d’équipement comme l’ascenseur ou un chauffage collectif.

 

  • Les dépenses d’entretien et de petites réparations des parties communes de l’immeuble (par exemple, le changement des ampoules dans les escaliers)

 

  • Les taxes locatives qui correspondent à des services dont le locataire bénéficie, tels l’enlèvement des ordures ménagères ou l’assainissement.
loyer bail

User paisiblement des locaux :

Le locataire qui a la jouissance exclusive du logement doit en user conformément à la destination fixée au bail (usage mixte ou d’habitation exclusif). Le locataire ne peut pas sous louer ou céder son bail sans accord écrit du bailleur. Il ne doit pas non plus provoquer de troubles de voisinage.

entretien logement

 

Dégradations et entretien courant du logement : 

 

Le locataire est responsable des dégradations et pertes qui pourraient survenir en cours de bail dans le logement, à moins qu’il ne prouve qu’elles sont dues à la force majeure, à une faute du propriétaire ou d’une personne qu’il n’a pas introduite chez lui. De même, le locataire doit prendre en charge les menues réparations et l’entretien courant du logement

 

(Ex : entretien du jardin, maintien en état de propreté des parties intérieures, raccords de peinture, remplacement des joints de robinet, ramonage des conduits de cheminée, etc.)

 

à moins qu’elles soient dues  à la vétusté, à un vice de construction, cas fortuit ou cas de force majeure.

 

Le décret n°87-712 liste de manière non exhaustive des exemples de réparations incombant au locataire.

 

Guide illustré des réparations locatives

Laisser accès au logement pour des travaux :

Le locataire doit laisser exécuter les travaux :


- d’amélioration des parties communes ou des parties privatives de l’immeuble ;
- nécessaires au maintien ou à l’entretien normal des locaux loués ;
- de performance énergétique ;
- de mise aux normes de décence du logement.

 

Avant le début des travaux, le bailleur doit informer, par écrit, le locataire de la nature et des modalités d’exécution des travaux. Les travaux ne peuvent être réalisés les samedis, dimanches et jours fériés sans l’accord exprès du locataire. Si les travaux durent plus de 21 jours, une diminution du loyer est possible.

 

Le locataire peut exercer une action pour faire stopper ou interdire les travaux :


- s’ils rendent inutilisables le logement
- rend son utilisation dangereuse
- s’ils sont abusifs ou vexatoires ;
- s’ils ne correspondent pas à la notification de travaux.

 

 

bail renovation transformation appartement

Interdiction de transformer les lieux :

Le locataire peut procéder à des aménagements dans le logement mais il ne peut pas sans accord écrit du bailleur transformer les locaux ou ses équipements (ex : démolition d’une cloison, transformation d’une baignoire en douche).

En cas de locataire handicapé ou en perte d'autonomie, une procédure d'autorisation tacite de demande de travaux peut être mise en place.

En cas de transformation, le bailleur peut exiger la remise en état du logement aux frais du locataire ou conserver le bénéfice des transformations sans indemniser le locataire.

 

Assurer le logement contre les risques locatifs : 

Le locataire doit assurer le logement contre les risques locatifs (dégâts des eaux, incendie, explosion, catastrophe naturelle…) auprès de la compagnie de son choix. Le locataire en justifie en remettant au bailleur une attestation d’assurance lors de la remise des clés puis chaque année sur sa demande. Le défaut d’assurance permet au bailleur de soit résilier le contrat de bail en cas de présence d’une clause résolutoire soit de souscrire l’assurance en lieu et place du locataire tout en récupérant les cotisations par douzième auprès du locataire.